photo Médip0032Dans le cas d’un rétrécissement de la valve aortique sévère, le traitement de référence est chirurgical. Il s‘agit alors de remplacer la valve aortique par une prothèse. Mais quand la chirurgie est contre-indiquée, ou quand son risque est trop important, il existe désormais une nouvelle technique apparue en 2002: le TAVI, une technique de cardiologie interventionnelle.
Cette implantation d’une valve aortique par voie percutanée est une véritable révolution dont l‘origine est française. Cette nouvelle approche thérapeutique qui peut se faire sous anesthésie locale – 40 à 60% des TAVI se font sous anesthésie générale – permet l‘implantation d‘une valve aortique par cathétérisme, soit par voie fémorale – l‘artère fémorale au pli de l‘aine, soit par voie transapicale directement par la pointe du coeur au travers d’une petite ouverture du thorax.
Une quinzaine de valvuloplasties ont déjà été effectuées par l’équipe de cardiologues de la Clinique Claude Bernard. L’innovation des TAVI intéresse!

Le Dr Lapeyre intervient au CHU et le Dr Toussaint à la Clinique Pasteur de Toulouse.

Une intervention de 30 minutes

La valvuloplastie aortique par voie percutanée est une technique réservée aux patients souffrant de rétrécissement de la valve aortique et ne pouvant bénéficier d‘une chirurgie classique. Le principe de la valvuloplastie aortique est d’augmenter l’ouverture de l’orifice aortique, à l’aide d’un ballonnet inséré par l’artère fémorale, afin de soulager le ventricule gauche et d’améliorer temporairement les symptômes. C‘est la plupart du temps une passerelle vers une valve aortique percutanée (TAVI) ou une chirurgie conventionnelle chez des patients initialement trop fragiles. La durée de l‘intervention est de 30 minutes. Elle se réalise sous anesthésie locale au bloc hémodynamique.

©Dr Miliani Ichem, cardiologue