L’anesthésie

Votre état de santé nécessite une intervention chirurgicale ou un examen sous anesthésie. Afin de vous proposer la technique la mieux adaptée à votre cas et à l’acte prévu il est indispensable que vous consultiez un médecin anesthésiste. Cette consultation pré anesthésique est fondamentale et obligatoire, sauf cas d’urgence, depuis le 5 décembre 1994 pour toute anesthésie, qu’elle soit générale ou locorégionale.

Elle permet, après avoir évalué le risque, de décider de la prémédication, de la technique anesthésique, d’une éventuelle préparation et de vous avertir des conclusions. Toutes les informations recueillies seront écrites dans votre dossier.Le médecin anesthésiste peut être amené à prescrire des examens complémentaires avant l’intervention (analyses biologiques, électrocardiogramme, radiographies…).

La consultation pré-anesthésique est importante car elle permet à l’anesthésiste de vous connaître, de mettre en œuvre une stratégie adaptée et de vous informer sur le type d’anesthésie proposé (générale, locorégionale), sur les risques liés à la chirurgie, liés à vos antécédents et à l’anesthésie. Vous pourrez lors de cette consultation lui poser des questions supplémentaires sur votre intervention.

L’équipe d’anesthésie du CMCO Claude Bernard se compose de huit médecins anesthésistes. Elle fonctionne 365 jours par an avec des astreintes 24h/24.

En 20 ans la sécurité en anesthésie a été multipliée par 10, elle est aujourd’hui comparable à la sécurité aérienne en terme de risques d’accidents.

Les médecins anesthésistes de la clinique sont membres du SFAR (Société Française d’Anesthésie Réanimation), ils participent régulièrement aux congrès nationaux et séminaires de formation afin de toujours pouvoir vous proposer les techniques les plus en pointe dans les spécialités et ce en respectant les recommandations nationales et /ou internationales :

  • dans l’antibioprophylaxie pour diminuer les risques infectieux
  • dans la prévention thromboembolique pour diminuer les risques de phlébites et d’embolie pulmonaire
  • dans la prise en charge de la douleur
  • dans la pratique des anesthésies locorégionales, soit pour la chirurgie soit en post opératoire pour bloquer la douleur
  • dans l’hémovigilance pour assurer la sécurité transfusionnelle
  • dans le développement de la chirurgie ambulatoire.

Les anesthésistes participent activement à la vie de la clinique :

  • dans la formation continue du personnel soignant
  • dans la participation à de nombreuses instances de l’établissement : CLIN, CLUD, CRU, CLAN, CME, etc.

Techniques anesthésiques

Locale

Une anesthésie dite « locale » est pratiquée par injection dans les tissus opérés d’un produit anesthésique. Le patient reste conscient mais ne ressent pas la douleur de l’intervention.

Locorégionale

Selon la nature de l’intervention projetée, il peut vous être proposé une anesthésie dite « locorégionale » (péridurale, rachidienne, locale intraveineuse, …). Celle-ci sera décidée en fonction de votre état de santé et des différentes contraintes liées à la nature de l’acte chirurgical. Vous êtes invité à avertir le médecin anesthésiste lors de la consultation si vous avez ou non une préférence pour ce type d’anesthésie. Mais il faut savoir que toutes les opérations ne peuvent pas être pratiquées ainsi et que certaines maladies ou traitements ne les autorisent pas.

Générale

Une anesthésie locale ou locorégionale ne donne pas toujours l’insensibilité recherchée dans toute la zone opérée et sa durée d’action peut être insuffisante. Dans ce cas, nous serons amenés à pratiquer une anesthésie générale de complément ou de relais. Votre acceptation ou votre souhait d’être opéré avec ce type d’anesthésie implique donc que vous acceptiez aussi la pratique d’une anesthésie générale si elle est nécessaire pour continuer l’intervention. Ceci fait partie des inconvénients de la méthode et ne résulte pas d’une insuffisance technique.

L’anesthésie générale est réalisée par injection intraveineuse de produits dont les effets sont connus et maîtrisés mais il existe un risque très faible de réactions de type allergique plus ou moins graves. Une parfaite connaissance de votre état de santé et de vos antécédents est indispensable pour choisir les produits présentant le moindre risque dans votre cas. Selon l’intervention, une assistance respiratoire est nécessaire. Elle est alors réalisée au moyen d’un tube en plastique souple introduit dans la trachée.

Règles de sécurité

Il est impératif de respecter quelques précautions quel que soit le mode d’anesthésie afin de réduite les risques d’accident ou d’incident.

Dans tous les cas, vous devez être à jeun depuis au moins 6 heures afin d’éviter le reflux du contenu de l’estomac dans les bronches. Le jeûne consiste à interrompre tout ce qui remplit ou fait sécréter l’estomac, en pratique il ne faut pas manger, boire, fumer, mâcher du chewing-gum, sucer des bonbons…

Seuls certains médicaments de votre traitement habituel ou ceux prescrits par l’anesthésiste seront avalés avec une gorgée d’eau quelques heures avant l’intervention.

Les prothèses dentaires amovibles, les lentilles de contacts, les prothèses auditives, le vernis à ongles, les bijoux et les perruques doivent être retirés avant de pénétrer en salle d’opération.

Incidents et accidents

Dans quelques cas des effets indésirables plus ou moins importants peuvent survenir malgré les mesures préventives et le dépistage précoce par la surveillance per et post-opératoire. Heureusement, leur faible fréquence permet d’affirmer que la prise de risque reste dans le domaine du raisonnable sinon l’acte envisagé ne vous serait pas proposé.

Surveillance

L’anesthésie quel que soit son type se déroule dans une salle équipée d’un matériel adéquat, adapté à votre cas et vérifié avant chaque utilisation. Tous les dispositifs en contact avec votre corps sont soit à usage unique, soit désinfectés et stérilisés. En fin d’intervention, vous serez conduit en salle de surveillance post interventionnelle (salle de réveil) pour y être surveillé de manière continue avant de regagner votre chambre ou de quitter l’établissement. Durant l’anesthésie et votre passage en salle de surveillance post interventionnelle, vous serez pris en charge par un personnel infirmier qualifié, sous la responsabilité d’un médecin anesthésiste réanimateur.

Pour contacter les médecins : voir la liste de nos praticiens par nom et par specialité